Ulula, la petite chouette

Ulula

 

Ulula est une petite chouette curieuse. Elle habite avec sa famille dans un chêne au milieu d'un bois, situé à côté d'un petit village. Elle veut tout savoir sur tout et pose beaucoup de questions à sa grand-mère Kawa, réputée pour sa grande sagesse :
- Dis-moi grand-mère, pourquoi les chouettes vivent la nuit et d'autres animaux le jour ?
- Parce nos yeux sont faits pour voir la nuit alors que les animaux qui vivent le jour ne voient rien dans le noir.
- J'aimerais bien découvrir le monde lorsqu'il fait jour.
- Ce n'est pas une bonne idée, Ulula. Le soleil nous éblouit trop... Nous sommes faits pour vivre la nuit.
- Mais j'aimerais tant savoir ce qui se passe le jour. Et observer les humains du village de plus près. Ce sont des animaux tellement étranges...
- Étranges et dangereux, Ulula ! Ne t'approche pas d'eux ou tu auras des ennuis...

Mais rien ne peut arrêter la curiosité d'Ulula. Et peu avant l'aube, au moment d'aller se coucher, la petite chouette va souvent se percher sur un arbre en bordure du bois où elle voit le village des humains qui commence à s'éveiller. Des lumières apparaissent aux fenêtres et des voitures quittent le village pour des destinations inconnues... Comme leur vie a l'air différente de la sienne.

Ulula et le village


Soudain, elle entend une voix l'interpeller :
- Qu'est-ce que tu regardes comme ça ?
Ulula tourne la tête pour découvrir un gros chat perché sur la branche au-dessus de la sienne.
- Oh, je regardais juste cette maison et je me demandais ce que ça faisait de vivre à l'intérieur.
- Tu tombes à poil, c'est ma maison !
Patachon, est un gros matou tranquille qui s'ennuie un peu et aime bien parler de lui. Il est ravi de répondre aux questions d'Ulula et ils deviennent très vite amis. Notre petite chouette est impressionnée par la vie du chat. Il a la chance de vivre le jour et la nuit comme cela lui chante... Et il vit dans le monde magique des humains.
- Est-ce que tu pourrais me faire entrer dans la maison et rencontrer tes amis humains ?
- Hmm... Cela me paraît difficile... Les humains sont gentils mais ils s'effraient pour un rien. Et s'ils découvrent une chouette chez eux en pleine nuit, ça risque d'être la panique... Le jour ça serait plus facile, je pourrais te montrer de loin ou te faire rentrer par derrière, ni vu ni connu...
- Mais le jour, ce n'est pas possible... J'ai déjà essayé d'attendre le lever du jour mais le soleil m'aveugle.
Patachon reste songeur un long moment :
- J'ai peut-être une idée...

Ulula et Patachon


Et quelques nuits plus tard, Ulula voit arriver son ami avec un drôle d'objet dans la gueule.
- Qu'est-ce que c'est ? demande notre chouette curieuse.
- Des lunettes de soleil ! Les humains s'en servent pour se protéger les yeux quand la lumière est trop vive. Je l'ai emprunté à mon jeune maître Tommy. Ça devrait suffire à te protéger contre le soleil du matin.
Ulula est toute excitée à l'idée de pouvoir découvrir ce qui se passe dans le monde le jour. Elle attend avec impatience le lever du soleil. Patachon l'aide à mettre les lunettes sur sa tête. Comme elle n'a pas d'oreilles, il les fixe comme il peut en coinçant les branches entre les plumes.
Le soleil se lève au loin et Ulula est toute contente de ne pas être éblouie et de pouvoir continuer à observer ce qui se passe dans le village. Les maisons s'animent en ce jour d'automne. Patachon lui explique que les humains ne font pas la même chose tous les jours et qu'aujourd'hui, c'est dimanche pour eux, c'est-à-dire que ses maîtres ne vont pas travailler et qu'ils pourront les observer.
Ulula n'a pas tout compris mais elle constate que Patachon disait vrai. Bientôt, les enfants de la maison, Tina et Corentin, sortent dans le jardin et jouent à la balle. Ulula voudrait bien se rapprocher. Elle prend son envol et va se percher sur la cabane de jardin. Quelques minutes plus tard, Patachon la rejoint :
- Tu aurais pu me prévenir que tu allais t'envoler ! lance-t-il un peu grognon de l'avoir suivi à pattes. Je ne vole pas moi !
- Excuse-moi, Patachon, je voulais voir tes petits maîtres de plus près... J'aimerais bien jouer avec eux...
- Il est préférable que tu ne t'approches pas d'eux. Je t'ai déjà expliqué que les réactions des humains sont imprévisibles. Ils ne doivent surtout pas te voir, sois discrète.
- Ah... Pourtant, ils ont l'air gentil. Mais qu'est-ce qu'ils sont turbulents et bruyants !

Patachon lui explique leurs jeux et Ulula est fascinée. La maman des enfants sort et parle aux enfants, ils auront des crêpes à midi. Corentin, le petit garçon est tout excité et s'exclame :
- C'est trop chouette.
Ulula sursaute !
- Il m'a vue, dit-elle paniquée.
- Mais non ! la rassure Patachon. Il ne parlait pas de toi, c'est juste une expression pour dire qu'il est content.
- Quand ils sont contents, ils parlent de nous, les chouettes ?
Ulula est perplexe, les humains sont en effet incompréhensibles.
- Ça veut dire qu'ils nous aiment beaucoup ?
- Je ne sais pas, avoue Patachon.
Et pendant qu'Ulula s'interroge, le petit Corentin s'écrie :
- Oh ! Une chouette !
Et il se précipite vers la cabane de jardin où est perchée Ulula.
- Attention, s'écrie Patachon. Ils t'ont vue ! Envole-toi !
Ulula est perdue :
- Ce n'est pas une expression cette fois-ci ?
Elle réalise que le petit garçon arrive comme un fou dans sa direction. Effrayée, elle prend son envol. Mais elle part un peu vite et les lunettes de soleil, mal accrochées, tombent.

Ulula perd les lunettes de soleil

Alors qu'elle fait demi-tour, elle se trouve face au soleil. Aveuglée par la lumière, elle vole sans savoir où elle va... et percute un arbre !
Assommée, elle tombe lourdement sur le sol. Avant qu'elle ne reprenne ses esprits, les humains sont autour d'elle. La maman des enfants la prend délicatement dans ses mains.
Corentin et Tina sont inquiets. Patachon miaule à côté de son amie. La maman les rassure :
- Regardez, elle bouge. Elle est juste un peu sonnée, on va la soigner.

Quand Ulula reprend complètement ses esprits, elle réalise qu'il y a des barreaux tout autour d'elle...
Elle est dans une cage !
Affolée, elle appelle son ami Patachon. Elle entend un miaulement rassurant et elle voit apparaître ses moustaches à travers les barreaux.
- Où suis-je Patachon ?
- Tu es dans la maison de mes maîtres dans le garage...
Ulula regarde un peu mieux autour d'elle. La pièce est sombre et remplie d'un véritable capharnaüm.
- Ma maîtresse t'a ramassée alors que tu étais inconsciente et elle t'a soignée...
- Et pourquoi m'ont-ils mis dans une cage ?
Patachon hausse ses sourcils :
- En fait, c'est ma cage de transport... Elle est sympa non ?
Ulula fait une drôle de tête, elle n'est pas vraiment d'accord…
- Ok, ce n'est pas très agréable d’être dans une cage… Je crois qu’ils ont eu peur que je te fasse du mal...
- Mais tu es mon ami !

Ils n'ont pas le temps de continuer de parler car Corentin et Tina arrivent dans le garage. Ils sont contents de voir que la chouette est réveillée et retournent avertir leurs parents. Patachon les suit pour savoir quel sort va être réservé à son amie.
Il revient quelques minutes plus tard, un peu soucieux :
- Alors ? l'interroge Ulula. ils me libèrent quand ?
- Hmm... Les enfants t'adorent... Ils essaient de convaincre leurs parents de te garder...
- Comment ça me garder ?
- Eh bien que tu sois leur animal domestique comme moi... Mais bon sûrement dans une cage pour que tu ne t'échappes pas.
- Mais c'est horrible !

La journée est interminable pour Ulula. Les humains viennent la voir régulièrement. Ils la caressent et la nourrissent. Ils sont gentils mais notre petite chouette aimerait bien rentrer chez elle !
Comme sa grand-mère avait raison ! Elle aurait mieux fait de rester loin des humains !

Et puis le soir à la tombée de la nuit, toute la famille entre dans le garage. Le papa prend la cage où se trouve notre chouette et ils vont tous dehors.
Papa prend la parole :
- Maintenant que la petite chouette est guérie, on peut la laisser retourner dans la nature.
- Mais pourquoi, elle ne peut pas rester avec nous ? dit Corentin tout triste.
- Parce qu'elle doit rejoindre sa famille et vivre sa vie de chouette, répond sa maman doucement...
Alors le petit garçon ouvre la porte de la cage et prend Ulula entre ses mains. Les enfants lui font chacun une dernière caresse puis ils lâchent leur prise pour qu'elle puisse partir. Soulagée, Ulula prend son envol pour rejoindre son chêne et sa famille au milieu des bois.

Ulula est libérée

 

Quelle aventure ! Elle a eu peur et sera prudente à l'avenir ! Mais elle est contente de s'être fait de nouveaux amis. De temps en temps, elle retourne dans le jardin des petits humains à la tombée de la nuit pour leur faire un petit coucou... Ce qui donne en langage chouette :
- Hou hou !